Base de connaissances

Moteur de recherche

Actualités

Précisez votre recherche :

L'Europe s'intéresse à l'hydrogène pour réduire sa consommation de pétrole

UE-extraitAlors que la France parle de "bonus écologique" pour réduire ses pollutions atmosphériques liées au transport, l'Europe, elle, se tourne vers l'hydrogène. Selon un projet scientifique financé par l'UE, l'introduction de l'hydrogène pourrait permettre de réduire la consommation de pétrole dans les transports routiers de 40% d'ici 2050.
 

La Commission européenne a présenté un rapport sur le projet de recherche européen, intitulé "HyWays", destiné à analyser les perspectives de développement de l'hydrogène au sein de l'UE. Associant des entreprises, des Instituts de recherche et des agences gouvernementales de dix pays européens (Allemagne, Espagne, Finlande, France, Grèce, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne et Royaume-Uni), ce projet a abouti sur une feuille de route, analysant les incidences du passage de l'hydrogène sur l'économie, la société et l'environnement de ces pays. Le développement de la filière va être confronté à deux obstacles majeurs : les sources et les coûts  de production.

Modes de production d'hydrogène

En effet, à première vue, l'hydrogène, au travers de piles à combustibles (PAC), peut paraître être la solution de l'avenir et présente de nombreux avantages : technologie propre (elle ne rejette que de l'eau), présente peu de pertes de transports et possède un rendement énergétique élevé (environ 80%). Oui, mais c'est sans tenir compte du fait qu'actuellement, plus de 90% de l'hydrogène sont produits à partir d'énergies fossiles et qu'elle reste fortement polluante.  Selon le rapport, les pays étudiés ont choisi la production d'hydrogène à partir de gaz naturel, de la biomasse et de l'énergie éolienne, avec une option pour l'énergie nucléaire dans certains pays comme la France, la Finlande et la Norvège. Ainsi, l'introduction de l'hydrogène dans le système énergétique européen pourrait indirectement influencer la part des énergies renouvelables. 


Dans ce contexte, l'Europe a récemment signé un consortium avec les pays du Maghreb sur la production d'hydrogène à partir d'énergie solaire. Ces pays disposent des plus grands potentiels solaires au monde, ce qui leur rend envisageable une production à grande échelle économiquement viable. Parmi ces pays, l'Algérie a déjà entrepris de nombreuses recherches via son Centre de Recherches des Énergies Renouvelables. Cependant, cette technologie n'a pas encore débouché sur des projets concrets.


Dans un premier temps, la Commission précise que la production à partir de combustibles fossiles sera maintenue et que le recours au piégeage et au stockage de carbone se développera pour réduire les émissions de CO2 liées à cette activité. L'utilisation des énergies renouvelables pour la production d'hydrogène ne se développera que dans un second temps.

Coûts de production de l'hydrogène

Les coûts de production actuels doivent être considérablement réduits pour être compétitifs. Des simulations ont ainsi permis de dégager les coûts-bénéfices de son utilisation. Selon le rapport, "le seuil de rentabilité serait atteint entre 2025 et 2035 avec un total de 16 millions de voitures roulant  à l'hydrogène, et d'un investissement cumulatif total dans les infrastructures d'environ 60 milliards d'euros".


Ce rapport est publié au moment où un nouveau partenariat de recherche entre secteurs publics/privés ("initiative technologique conjointe") doit être approuvé par les 27 États membres afin de développer la technologie des piles à combustible et de l'hydrogène.


Les conclusions du rapport soulignent donc de nombreux obstacles au développement de l'hydrogène et laissent penser que la place de cette technologie dans notre système énergétique n'est pas encore pour demain.

[27-07-2011]
 

electricite-verte.com, le portail de l'électricité verte, a été conçu par eQuiNeo et réalisé par Ginko et autodidacte.net