Base de connaissances

Moteur de recherche

Actualités

Précisez votre recherche :

Les branches seraient-elles la solution à l’appauvrissement des sols ?

Les branches seraient-elles la solution à l’appauvrissement des sols ?Une méthode d’agriculture durable : le bois raméal fragmenté (BRF) La diminution de la fertilité des sols ainsi que leur érosion est une question assez peu abordée lorsque l’on parle de développement durable. En effet, les pratiques agricoles intensives rendent à court terme les sols infertiles et entraînent l’agriculture conventionnelle dans un système non durable [1].
 
Une méthode d’agriculture durable : le bois raméal fragmenté (BRF)

La diminution de la fertilité des sols ainsi que leur érosion est une question assez peu abordée lorsque l’on parle de développement durable. En effet, les pratiques agricoles intensives rendent à court terme les sols infertiles et entraînent l’agriculture conventionnelle dans un système non durable[1]. De plus, face à une demande accrue des consommateurs vis-à-vis de produits issus de l’agriculture biologique, comment préserver ou augmenter la fertilité des sols en utilisant des systèmes de production non intensifs et respectueux de l’environnement ?

Au regard de cet engouement pour l’agriculture biologique, une technique agricole ancienne revient au goût du jour : l’utilisation de branchages de feuillus verts et broyés, connus sous le nom scientifique de bois raméal (issu des rameaux) fragmenté. Une couche de ce branchage broyé (d’environ cinq centimètres) épandu sur le sol permet d’améliorer rapidement, et de manière significative, la composition chimique de celui-ci. Ainsi en se décomposant les broyats de branches encore verts, vont produire de la matière organique et apporter les nutriments nécessaires à la croissance des végétaux (azote et phosphore principalement).
Avec le temps, cette technique permet de reconstituer un sol très fertile et riche en nutriments semblable aux sols forestiers. Ce sol présente une odeur caractéristique d’humus et contient les micro-organismes bénéfiques à sa pérennité.

Rappelons que les sols actuellement cultivables et à hauts rendements, c'est-à-dire apportant les nutriments nécessaires aux plantations, sont, à l’origine, le fruit d’un long processus de biodégradation des forêts. Toutefois, cette fertilité « originelle » n’est pas inépuisable. En effet, même si les terres agricoles possèdent naturellement les mêmes caractéristiques que les sols boisés très riches en humus et en matière organique, elles mettent cependant des décennies à se constituer ou se reconstituer. L’épandage de bois broyé permet de restituer aux sols une fertilité importante beaucoup plus rapidement que les processus naturels.

La fertilisation naturelle des sols par la technique d’épandage de bois raméal fragmenté permet de ne pas avoir recours aux fertilisants et autres intrants issus de synthèses chimiques industrielles.
Cette technique, sur laquelle les scientifiques ont déjà plus de 20 ans de recul, recèle bien d’autres avantages permettant d’apporter des solutions efficaces aux enjeux agricoles du monde actuel.

Parmi ces avantages on peut citer :

  • Des besoins en arrosage très réduits. En effet, la couche de BRF épandue sur le sol permet de conserver une humidité et une température constante, ce qui a l’avantage de réduire considérablement l’arrosage et limite le lessivage des sols et donc la perte de nutriments
  • Une augmentation considérable des rendements. Au Sénégal : 180% sur les cultures de tomate amère ; au Canada : 290% sur les cultures de fraises
  • Une diminution des maladies. La biodiversité des sols, favorisée par la décomposition du BRF, facilite la lutte biologique contre les parasites. Ainsi des scientifiques canadiens ont pu constater que les tomates amères au Sénégal étaient protégées contres les nématodes, parasites communs des tomates
  • Une lutte contre l’érosion
Une solution aux problèmes de sécurité alimentaire ?

Ces atouts ont vite amené certains scientifiques à voir dans cette technique une solution à la crise alimentaire mondiale. Mais si la ressource en branchage est abondante dans les climats tempérés, elle l’est moins sous d’autres latitudes.
Il faudrait donc mettre en place une politique de gestion durable des forêts et de reboisement, dans des pays justement soumis aux problématiques de déforestation. L’accès à l’électricité nécessaire au fonctionnement des broyeurs est également un obstacle pour certaines régions, et même si certains comptent y remédier en broyant les branchages à la machette, les solutions envisagées ne semblent pas être applicables à une grande échelle.

« La fertilité du sol vient de l’arbre » (Proverbe africain)

[1] Cf carte mondiale de la dégradation des sols (source : UNEP GRID-Arendal, P. Rekacewicz)

Pour en savoir plus :

Reportage France3 Ouest

www.aggra.org

www.hydrogeochem.qc.ca

www.mpl.ird.fr/suds-en-ligne/sols/index.html

[27-07-2011]
 

electricite-verte.com, le portail de l'électricité verte, a été conçu par eQuiNeo et réalisé par Ginko et autodidacte.net