Base de connaissances

Moteur de recherche

Le développement durable

Précisez votre recherche :

L’écopolis, une ville verte ?

Dongtan-extraitL'écopolis n'est encore qu'au stade de concept mais la Chine devrait bientôt construire la première ville verte au monde: Dongtan. Vantée comme une ville répondant aux enjeux du développement durable, elle va pourtant être construite sur une zone humide! L'ecopolis est-elle réellement une ville verte?
 
Un architecte développe le concept d’écopolis
Réagissant à l’urbanisation classique qualifié de Technopolis, l’architecte australien Downton a crée le terme d’Ecopolis. Il s’agit d’une ville qui respecte les principes écologiques, qui est autonome en termes d’alimentation et d’énergie et dont les habitants ont une empreinte carbone la plus faible possible. Il n’existe pas encore d’écopolis dans le monde mais des projets font parler d’eux. Aujourd’hui on recense des éco-quartiers qui de plus petite taille, intègre les principes de l’écopolis.
L’écopolis, une idée récente en France
Partant du constat que le logement contribue à 20 % des émissions de gaz à effet de serre et 46 % de la consommation d’énergie, Jacques Attali recommande dans son fameux rapport la construction d’une dizaine de villes ou quartiers écologiques appelées « Ecopolis » avant 2012 en France. Ces villes seront des « laboratoires de la modernité urbaine, avec un souci permanent d’équilibre financier, écologique, technologique et social ».

Devant accueillir au moins 50000 habitants, elles seront exemplaires en matière de transport, utilisant les dernières technologies, ainsi qu'en matière d’énergie, par le développement des énergies renouvelables. Le cadre de vie n’est pas en reste puisque 20% de la superficie seront dédiés aux espaces verts et les habitants auront un accès gratuit aux nouvelles technologies d’information. Les écopolis françaises pourront s’appuyer sur l’expérience de "Mountain View" en Californie, de "Hammerdy Sjöstat" en Suède et surtout sur le programme des "Ecotowns" en Angleterre. La première écopolis devrait voir le jour sur l’île de la Réunion dans la commune de Saint Pol.

Le cas de Dongtan

Dongtan sera certainement la première ville écologique au monde. Pays aux 20 villes les plus polluées parmi les 30 premières du classement mondial, la Chine veut se doter d’un aménagement urbain exemplaire pour répondre à l’exode rural. D’ici 2020, elle devra construire 400 nouvelles villes.

D'une superficie similaire à celle de Paris (86 km²), Dongtan accueillera 500000 habitants en 2050. Elle sera construite autour de trois « villages » dont le premier sortira de terre en 2010 à l'occasion de l'exposition universelle à Shanghai. Pour prétendre à ses ambitions, Dongtan sera une ville énergétiquement autonome grâce à l'installation de nombreux panneaux photovoltaïques et miniéoliennes. Le transport exclusivement collectif sera alimenté par l'énergie solaire, la biomasse ou des piles à combustibles. Les immeubles posséderont 8 à 10 étages et auront des toitures végétalisées. Les deux tiers de la ville seront consacrés aux espaces verts et notamment à l'agriculture biologique. Ces espaces serviront de zones tampons aux marécages naturels. L'empreinte écologique des habitants est estimé à 2,2 hectares soit la moyenne actuelle pour un terrien - l'empreinte écologique disponible n'est que de 1,8 hectares-.

Une ville verte ?

La cité verte chinoise sera en effet construite en plein milieu d’une zone humide, un des écosystèmes les plus riches au monde en matière de biodiversité. Ce point montre clairement la limite principale des écopolis : l’artificialisation des sols et tout ce que cela induit : perte de la biodiversité, des habitats, imperméabilisation des sols… Le développement de villes écologiques pose une question : doit-on privilégier les écopolis au détriment des espaces sauvages ou doit-on privilégier la rénovation urbaine et la construction de la ville sur la ville au risque de vivre dans d’immenses tours ?

L'écopolis qui consiste donc à la construction d'une ville ou d'un nouveau quartier écologique semble donc contre productive puisqu'elle induit l'étalement urbain et donc la fragmentation des habitats naturels, l'imperméabilisation des sols ou encore le gaspillage des ressources et des énergies. Depuis les années 50, la surface bâtie des grandes villes françaises a progressé de 100% voire 200% dans certaines régions (78% en Europe).

Le bilan environnemental de ces villes est alors extrêmement positif si l'on fait table rase du passé naturel du territoire et si l'on se limite à son périmètre. A l'échelle du pays, la construction d'une nouvelle ville fera passer les indicateurs de développement durable au rouge: étalement urbain, desserte routière, transport, ...

 

Quelle définition pour l’écopolis ?

La vrai écopolis ne devrait-elle pas être une ville existante qui met en place une politique de solidarité de densification, de maîtrise de l’énergie ou encore de réduction des émissions de gaz à effet de serre ?

Le grenelle a bien saisi cet enjeux. Le Plan Habitat propose de réduire d'au moins 20% la consommation d'énergie pour les bâtiments du tertiaire et de 12% pour les bâtiments résidentiels en 5 ans et de plus d'un tiers à l'horizon 2020.

Cependant, on ne pourra jamais empêcherer la construction de nouveaux quartiers en France, les écopolis au sens de l'architecte Downton sont alors la solution la plus adéquate.

[27-07-2011]
 

electricite-verte.com, le portail de l'électricité verte, a été conçu par eQuiNeo et réalisé par Ginko et autodidacte.net